Journée d’étude régionale du CREAI BRETAGNE  – 2e journée interrégionale sur les déficiences intellectuelles

Reconnaitre, évaluer et traiter la douleur est une question majeure de santé publique et un critère de qualité dans l’évaluation du système de santé. C’est un droit fondamental de toute personne affirmé par la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé du 4 mars 2002.

L’approche de la douleur a fait l’objet de différentes mesures incitatives et règlementaires dont le « Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010 » élaboré par la Haute Autorité de Santé (HAS) dont une des quatre priorités énoncée est : d’«Améliorer la prise en charge des douleurs des populations les plus vulnérables : enfants et adolescents, personnes âgées en fin de vie et autres populations vulnérables (personnes polyhandicapées et psychiatrie) ».

Cette prise de conscience collective s’inscrit dans une démarche qui tend à contribuer à une bientraitance et une optimisation des soins auprès des personnes en situation de déficience, tout au long de leur vie. La douleur doit être interrogée devant un certain nombre de signes, de situations parmi lesquelles, les modifications du comportement, lesquelles peuvent conduire à des « comportements problèmes ». C’est ce que nous essaierons d’illustrer pendant cette journée avec l’aide d’intervenants spécialistes et la présentation de vignettes cliniques.

Télécharger le programme

Pour en savoir plus et/ou s’inscrire, sur le site du CREAI Bretagne : http://www.creai-bretagne.org/nos-prochaines-journees.html

Les 5es rencontres scientifiques de la CNSA permettront de débattre de la place des savoirs d’expérience des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie, de ceux de leurs aidants, proches ou professionnels.

L’expérience de vie, des situations nouvelles, les essais et parfois les renoncements sont au fondement de l’expertise individuelle des personnes.

Comment diversifier ces expériences et les rendre possibles pour enrichir cette expertise ? Comment le partage d’une même expérience peut-il devenir une ressource collective ? Comment les professionnels prennent-ils en compte les savoirs des personnes ou des familles ? Comment les familles partagent-elles leurs expériences ? Comment passer d’une pratique éprouvée par expérience à une pratique généralisable ? Quelle expérience la gouvernance des politiques du handicap et de la perte d’autonomie mobilise-t-elle ?

La question des savoirs tirés de l’expérience pose de multiples enjeux : des enjeux de pratiques professionnelles, des enjeux de connaissance, des enjeux démocratiques.

Des chercheurs partageront leurs travaux avec les professionnels, les personnes, les décideurs pour éclairer les pratiques et les politiques publiques.

Télécharger le pré-programme

 

Comment mettre l’évaluation, et plus largement la démarche qualité-risques, au service de la stratégie, du management, et de la performance collective des organisations ?
C’est l’objet du colloque du 3 octobre 2018 organisé par le CREAI Auvergne-Rhône-Alpes, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et l’IFROSS.

Instauré par la loi du 2 janvier 2002, le dispositif d’évaluation interne et externe des organisations sociales et médico-sociales a évolué ce 1er avril dans le cadre de la fusion de l’ANESM (Agence Nationale de l’évaluation et de la qualité des Établissements et Services sociaux et Médico-sociaux) et de la HAS (Haute Autorité de Santé).

Plus d’informations sur le site du CREAI Auvergne-Rhône-Alpes : http://www.creai-ara.org/event/66811/

 

CREAI GRAND-EST

La qualité de vie et le bien-être des personnes accueillies et accompagnées sont au cœur de l’intervention des professionnels du secteur social et médico-social. Cette préoccupation permanente se heurte toutefois à deux constats :

  •  Tout d’abord, les réflexions quotidiennes des professionnels sont entremêlées de tensions entre la volonté d’améliorer en continu la qualité des prestations et les différentes contraintes liées aux ressources humaines matérielles et financières.
  • Ensuite, les difficultés des personnes accueillies ou accompagnées sont de plus en plus complexes : que l’on parle de situations de handicap multiples et/ou plus lourdes, de difficultés sociales (isolement, grande exclusion, addictions…), de troubles du comportement, ou de situations d’avancée en âge dans une dépendance très importante.
  • Les professionnels sont soumis à de fortes pressions, difficultés, et une souffrance voire une détresse pouvant conduire au burn-out dans
    certaines situations.

Daniel BRANDEHO et ses co-auteurs mettent en lumière dans l’ouvrage Usure dans l’institution, l’importance de la prise de conscience et de la mobilisation de réponses et moyens pour soutenir les équipes. Ainsi, la mobilité professionnelle, la formation, l’intervention d’un tiers extérieur pour de la supervision, un management et une communication adaptés sont autant de réponses possibles.

Le projet d’établissement et les projets personnalisés sont également des outils à investir et réinterroger.

Au fil de ses expériences et de ses rencontres, D. BRANDEHO a pu identifier que ces axes d’intervention sont comparables d’une institution à une autre, quel que soit le profil du public ou le champ d’intervention (handicap, protection de l’enfance, personnes âgées). 

Au final, comment repérer, mieux prendre en compte et prévenir l’usure professionnelle dans les équipes professionnelles qui accompagnent les personnes en situation de vulnérabilité ?

Après avoir exposé les grandes lignes de son ouvrage Daniel BRANDEHO, auteur, ancien directeur de MAS et d’hôpital, échangera et débattra avec les professionnels sur les moyens et enjeux de cette question primordiale.

Télécharger le programme

Pour en savoir plus, se rendre sur le site internet du CREAI Grand-Est :

http://www.creai-grand-est.fr/animation/rencontre/comprendre-et-prevenir-lusure-professionnelle-dans-les-institutions-sociales-et-medico-sociales

 

ERHR Occitanie
CREAI-ORS Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

L’année est marquée par la publication de deux recommandations qui invitent nos secteurs à pratiquer un meilleur accueil des « comportements problèmes » et à mettre en oeuvre une approche préventive.

Face aux comportements qui nous troublent, aux problèmes rencontrés par les usagers, les équipes et les institutions, le CREAI-ORS LR, en association avec les Equipes Relais Handicaps Rares d’Occitanie, organise une journée régionale avec pour ambition de conforter nos organisations dans une pratique en phase avec les dimensions cliniques, juridiques, éthiques et organisationnelles.