QUI SOMMES-NOUS ?

l’ANCREAI et les CREAI ont conduit une large réflexion et mènent des actions afin de répondre au mieux aux besoins des personnes en situation de vulnérabilité.

NOS ATOUTS

L’atout des CREAI se situe dans leur capacité à aider les instances de décision des politiques publiques de santé, sociales et éducatives à résoudre les problèmes complexes et pouvant se situer à l’intersection de différents pilotages publiques et/ou de différentes logiques de mises en œuvre et de pratiques professionnelles.

NOS MISSONS

Des axes prioritaires se confirment dans le paysage actuel : Le décloisonnement sanitaire / social / médico-social, la coopération dans le médico-social et la mutualisation des champs, les échanges de données d’analyse à l’échelle régionale et interdépartementale, les nouveaux regards portés sur les publics et leurs besoins (autisme, handicap psychique…), le maintien / retour à domicile, l’évolution de l’offre de services liée au franchissement des barrières des âges.

NOS SERVICES

L’offre de service des CREAI intéresse ainsi à la fois les décideurs publics dans le champ des personnes handicapées et ceux en situation de vulnérabilité et d’exclusion, les gestionnaires de structures sociales et médico-sociales publics ou associatifs, les usagers ainsi que les collectivités territoriales.

NOS PERSPECTIVES

La spécificité et l’intérêt des CREAI se situent dans leur implantation et ancrage régional depuis plusieurs décennies : Ils connaissent particulièrement le paysage sanitaire, social et médico-social de leur région qu’ils mettent en perspective et enrichissent d’une vision globale et nationale et grâce aux travaux menés par l’ANCREAI.

LEGENDE

  • Handicap
  • Protection_Enfance
  • Personnes_âgées
  • Protection_des_majeurs
  • Gouvernance_des_ESMS
  • la concertation et la mutualisation des CREAI,
  • l’évolution du positionnement,
  • la structuration en Pôles Nationaux,
  • la valorisation des travaux du réseau, et la mise en place d’un site collaboratif
  • l’organisation des représentations nationales dans les différences instances nationales
  • la mise en place de formation en direction des conseillers techniques
  • la réponse à des appels à projets nationaux

L’ANCREAI permet aux CREAI de construire des modalités et une offre de service adaptées et cohérentes répondant à des enjeux nationaux articulés avec les enjeux régionaux.

L’ANCREAI permet à chacun des CREAI d’anticiper les évolutions et de faire émerger par les analyses et regards croisés sur les nouvelles problématiques, ainsi que de conforter et enrichir les compétences des membres des CREAI pour répondre aux enjeux avec des exigences de qualité et d’efficacité. Le réseau que les CREAI constituent dans le cadre de l’ANCREAI leur permet, en outre, de mutualiser de plus en plus leurs capacités et moyens d’expertise ainsi que les méthodologies développées par les uns et les autres.

Ce positionnement du réseau des CREAI a été conforté en 2014 et 2015 par :

Après le 5° de l’article L. 312-4 du code de l’action sociale et des familles, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Les centres régionaux d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité et les centres locaux d’information et de coordination mentionnés au 11° du I de l’article L. 312-1 contribuent, en réponse à la demande des autorités compétentes pour l’élaboration des schémas d’organisation sociale et médico-sociale et des schémas régionaux de santé, à l’analyse des besoins et de l’offre mentionnés aux 1o et 2o du présent article, ainsi qu’à toute action liée à la mise en oeuvre de ces schémas. »

  • Une convention d’objectifs et de moyens pluriannuelle entre l’ANCREAI, la DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) et la CNSA (Caisse de Solidarité pour l’Autonomie), qui précise:

L’ANCREAI tête de réseau des CREAI, structure, anime et coordonne l’activité des CREAI  qui apportent une expertise technique dans les secteurs médico-social, social et sanitaire, aux responsables territoriaux chargés de la mise en œuvre de la politique en faveur des personnes handicapées, en perte d’autonomie et en situation de vulnérabilité.

Dans ce cadre, il revient à l’ANCREAI d’une part d’assurer la cohérence des actions menées par les CREAI, d’autre part  de concourir à :
- la réflexion sur les politiques nationales, régionales, départementales et locales dans les secteurs mentionnés ;
- la conception et la diffusion de méthodologie et d’outils techniques ;
- la diffusion notamment auprès des pouvoirs publics de connaissances utiles en matière sociale, médico-sociale et sanitaire issues de ses travaux et de ceux des CREAI et de l’expérience acquise dans ces secteurs.
- l’organisation de manifestations et la production de publications.

L’origine des CREAI et de l'Association Nationale des Centre Régionaux d'Etudes, d'Actions et d'Informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité, ANCREAI

Le 22 janvier 1964, un arrêté du Ministère de la Santé instituait, dans chaque région de France métropolitaine et dans les TOM-DOM, un Centre Régional pour l’Enfance et l’Adolescence Inadaptée (CREAI). 
Il s’agissait d’organiser un lieu ouvert à tous les partenaires de l’action sociale en vue de favoriser leur collaboration et de créer une équipe technique compétente à la disposition du terrain et de l’administration qui venait d’être mise en place (les DDASS et DRASS).
Les CREAI devaient également jouer un rôle important dans le domaine de l’information et de la formation.
Un Commissaire du Gouvernement veillait au bon fonctionnement de l’organisme et l’Etat accordait une subvention de fonctionnement.

Une note de service interministérielle du 13 janvier 1984 redéfinissait les missions des CREAI:
« Les CREAI ont pour mission principale d’être des lieux de repérage et d’analyse des besoins et d’étude des réponses à y apporter, des lieux de rencontre et de réflexion entre les élus, les représentants des forces sociales et ceux des administrations concernées, de fournir des analyses et des avis techniques aux décideurs, ainsi qu’aux gestionnaires des établissements et services.
Ils ont, à cet égard, un rôle important à jouer comme outil technique au service des responsables de l’élaboration et de la mise en oeuvre de la politique en faveur des personnes handicapées et inadaptées à l’échelon régional ».

En 1989, les CREAI constituaient l'Association Nationale des CREAI, afin de disposer d'une tête de réseau des CREAI, et d’optimiser l’échange d’information et la collaboration dans leurs actions sur :

·         des problématiques communes,
·         la réflexion générale sur les politiques menées dans le secteur social,
·         la présentation des analyses et expériences de ce secteur notamment auprès des pouvoirs publics et des partenaires sociaux,
·         la conception et la diffusion d’outils techniques,
·         l’organisation de manifestations,
·         la production de publications.

Les CREAI et l'ANCREAI se sont dotés d'une nouvelle charte, adoptée par l'Assemblée générale du 3 avril 2014.

CHARTE
des Centres Régionaux d'Etudes, d'Actions et d'Informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (CREAI) et de l’Association nationale des CREAI (ANCREAI)

PREAMBULE

Afin de préciser le sens de leurs interventions, leur cadre ainsi que les relations au sein du réseau, les CREAI et l’Association Nationale des CREAI se sont dotés de la présente charte. Le respect de ses termes est une condition de la participation des CREAI à l’ANCREAI.

VALEURS

Les valeurs qui unissent les CREAI au sein de l'ANCREAI et les mobilisent sur leurs territoires sont les suivantes :

  • Respect des droits de l’Homme et de la démocratie,
  • Respect de la laïcité,
  • Solidarité et refus de la pauvreté et des exclusions,
  • Reconnaissance de chaque individu et de ses droits,
  • Utilité sociale et non-lucrativité de leurs actions.

Elles constituent le fondement de leurs interventions auprès des acteurs des secteurs social, médico-social et sanitaire en faveur des personnes en situation de vulnérabilité.

ETHIQUE

Au service de l’intérêt général, les interventions des CREAI et de l'ANCREAI, quelle que soit leur nature :

  • privilégient l’intérêt de la personne, le respect de ses droits et la réalisation de ses potentialités, par rapport à toute autre logique institutionnelle, managériale ou financière,
  • visent l’amélioration continue de la qualité du service rendu à la personne en situation de vulnérabilité, dans le cadre des politiques publiques,
  • s'appuient sur une interrogation permanente et partagée de la pertinence de leurs actions.

REGLES DEONTOLOGIQUES

  • Les CREAI et l’ANCREAI s’engagent à garantir vis-à-vis des différents acteurs publics et privés des champs social, médico-social et sanitaire, par le cadre institutionnel qu’ils se donnent:
    • l’impartialité de leur positionnement vis-à-vis des différents acteurs,
    • l’autonomie de leur gouvernance.
  • Organismes territoriaux au positionnement transversal, les CREAI s’engagent à respecter des principes d’interventions garantissant :
    • la lisibilité de leurs missions,
    • la clarté des rôles tenus et l’absence de conflits d’intérêt,
    • la confidentialité des informations détenues, qu’elles concernent les personnes ou les institutions,
    • le recours à des méthodes rigoureuses et la production de connaissances fiables,
    • la recherche de la qualité et de l’amélioration continue de leurs prestations.

ENGAGEMENTS DE FONCTIONNEMENT EN RESEAU

L'ANCREAI s'engage à :

  • représenter le réseau aux niveaux national et international,
  • favoriser les collaborations entre CREAI,
  • assurer l’équité dans le traitement des CREAI,
  • soutenir les CREAI,
  • promouvoir les travaux des CREAI dans ses relations avec les instances nationales ou internationales,
  • garantir l'accès aux services rendus par les CREAI sur l'ensemble du territoire national,
  • informer le réseau des travaux conduits par l’ANCREAI ou par les CREAI.

Chaque CREAI s’engage à :

  • adopter la présente Charte,
  • adhérer à l’ANCREAI et respecter ses statuts et son règlement d’association,
  • contribuer au renforcement de l’action et de la légitimité de l'ANCREAI comme tête de réseau des CREAI,
  • valoriser l’action de l’ANCREAI et du réseau auprès de ses interlocuteurs,
  • participer aux rencontres des instances de l'ANCREAI,
  • informer l’ANCREAI de l’ensemble des travaux qu’il conduit dans sa région,
  • participer, au niveau national, à la construction et à la consolidation de méthodologies et d’outils communs,
  • favoriser, chaque fois que cela est possible et pertinent, des collaborations avec d'autres CREAI, en cohérence avec les orientations de l’ANCREAI, et les inscrire dans un cadre conventionnel.

Un cahier des charges pour les CREAI

Au bout de 2 ans de travaux du réseau des CREAI avec la DGCS et la CNSA, qui avaient pour objet de reformuler les missions des CREAI et d'asseoir la participation des services de l'Etat à leur financement, une  instruction adressée aux directeurs généraux des agences régionales de santé (ARS) et aux préfets, présente et reprend en annexe le cahier des charges national des centres régionaux d'études, d'actions et d'informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (CREAI).

C'est une première  étape importante pour les CREAI et leur tête de réseau, l'ANCREAI, inscrivant clairement ceux-ci dans leur rôle d'appui aux autorités en charge de l'action sociale et médico-sociale pour l'élaboration et l'évaluation des politiques publiques. Ce rôle d'appui est d'ailleurs inscrit dans le projet de loi  relatif à l'adaptation de la société au vieillissement qui désigne les CREAI pour leurs missions d'observation en lien avec l'élaboration des schémas d'organisation sociale et médico-sociale.

Comme bien d'autres acteurs, les CREAI reconfirmés dans leurs missions, vont pouvoir ainsi contribuer aux évolutions en cours des politiques sociales pour un parcours sans ruptures des personnes en situation de vulnérabilité. 

HAUT